Accueil du site / Pedro Poveda / Textes choisis / La prière pour seule force

Saint Augustin nous dit que la prière est la force de l’homme et la faiblesse de Dieu. Je vous livre ma conviction : la prière est la seule force dont dispose l’Institution Thérésienne. Parce que nous n’avons pas d’autre force, nous sommes en mesure de vaincre l’invincible, d’obtenir de la miséricorde de Dieu la série ininterrompue de merveilles dont notre vie sera faite.

Je vous l’assure et je désire que cela soit connu de tous comme étant ma volonté de fondateur : si un membre de l’Institution Thérésienne aspire à une autre force ou met sa confiance ailleurs que dans la prière, il ne nous connaît pas et ne possède pas notre esprit. Je demande à Dieu de n’accorder à l’Institution Thérésienne aucune force humaine, mais d’augmenter celle qu’il lui a donnée en faisant de ses membres des personnes d’oraison.

La grandeur de l’entreprise dans laquelle nous sommes engagés, le dynamisme intérieur, le talent, le travail et la persévérance qu’elle requiert de chacun, ainsi que les moyens matériels indispensables à sa réalisation, ont de quoi effrayer celui qui perçoit le but poursuivi. Mais si vous êtes convaincus que pour venir à bout des difficultés, nous ne disposons et ne voulons disposer que de la prière, vous comprendrez ce qu’elle représente exactement dans la vie de notre Association.

Si notre force reposait sur le talent, la situation sociale ou sur tout autre appui humain, certains pourraient coopérer et d’autres non. Mais la prière étant notre seule force, tous peuvent être partie prenante et si tous les membres ne prient pas autant, c’est qu’ils n’aiment pas vraiment l’Institution Thérésienne ou qu’ils n’en possèdent pas l’esprit (…).

Je vous le demande expressément : pratiquez la prière. Faites en sorte qu’elle soit indispensable à votre vie. Mettez-y une énergie telle que nulle autre raison, nul prétexte, nulle occasion ne vous la fasse abandonner, ne serait-ce qu’un seul jour. Ayez recours à la prière au moment de l’étude, de la maladie, dans les difficultés, les tentations, dans toutes vos entreprises, dans l’accomplissement de votre tâche, aux prises aux dangers de toutes sortes, et pour résister au mal ; ayez recours à elle quand vous voulez obtenir une grâce pour vous-même, pour quelqu’un d’autre ou pour notre Association, pour discerner votre appel et y demeurer fidèle, en un mot, pour obtenir tout bien et être délivré de tout mal, pour triompher de tout. Priez avec une telle assiduité et une telle constance que vous soyez aussi satisfaits que si vous aviez épuisé tous les moyens connus et pratiqués par les plus sages et les plus puissants (…).

Si nous voulons annoncer l’Évangile, faire connaître et aimer Dieu, demandons-nous quelles causes produisent de tels effets. L’unique cause en est la grâce et la prière est le moyen de l’obtenir. En un mot, la prière est notre seule force. ( Lettre, 1920)